Nettoyeurs de l’extrême et plus encore…

Nettoyeurs de l’extrême et plus encore…

Parce qu’aucune de leurs missions ne se ressemble, que chaque jour est un nouveau jour durant lequel ils côtoient des choses terribles. Les nettoyeurs de l’extrême bravent dans la plus grande des discrétions ces situations d’horreur.

Leur mission? Rendre une seconde âme aux différents logements «souillés» par les pires scènes de crimes, de suicides ou encore de morts naturelles. 

Derrière leur masque, leurs gants, leur combinaison intégrale, des normes drastiques d’hygiène où rien n’est oublié, des hommes au grand cœur qui tentent tant bien que mal de limiter les douleurs et redonner une âme aux endroits sinistrés.

Un métier à vocation humaine avant tout!

Le métier de « nettoyeur » ne s’arrête pas à nettoyer les immondices et purifier les lieux, non ! L’aspect « humain » dans ce métier est un élément primordial. Face à eux : des familles dévastées par le drame qui vient de leur arriver… difficile de rester insensibles, mais la discrétion doit toujours être de rigueur.

Des hommes pourvus d’un mental d’acier, mais d’un cœur immense…

Un travail physique, psychique et très méticuleux, ou absolument rien ne doit être laissé au hasard. Nettoyer des taches de sang imprégnées, des fluides corporels, des excréments, sentir même à travers leur masque des odeurs contre nature… c’est traumatisant, mais surtout ça s’apprend.

Comment ? Une formation sur plusieurs mois est nécessaire. « Nettoyeur » n’est pas un métier qui s’improvise, loin de là ! La personne est formée et mise en situation sur le terrain pour l’affranchir de la réalité qui se trouve derrière ces logements, ces bureaux… Ce métier est complexe, difficile, physique, il nécessite de s’armer de courage chaque jour qui passe ; certaines scènes sont plus marquantes que d’autres, bousculent, bouleversent… Derrière ces portes, se trouvent des images poignantes qu’il devra affronter, puis surpasser… jusqu’aux prochaines. 

La cohésion d’équipe est primordiale!

Chacun des membres de l’équipe doit être vu et écouté le plus possible, dès que le besoin s’en ressent, pour que rien n’entrave la volonté et la motivation de celui-ci. L’équipe doit être soudée et ne doit laisser aucun tabou, entraver l’énergie positive des membres entre eux. Il est primordial de parler, de prendre du recul et de mettre de la distance, pour ne pas avoir de « projection sur sa propre vie ».

Dans un second temps, le rapport avec les familles est toujours délicat : la bienveillance et l’empathie doivent toujours être de rigueur. On les appelle les « hommes de l’ombre », car ils travaillent dans la plus grande discrétion avec des règles d’hygiène drastiques.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *